Actualités / Innovations, On en parle, Salons / Organisation

COVID 19, salons et évènementiel

COVID 19, SALONS ET ÉVÈNEMENTIEL

COVID 19, salons et évènementiel

La nouvelle donne que nous impose la propagation de cette maladie, impose une réflexion sur cette association de mots : « Covid 19 », « salons » et « évènementiel ». En effet, si l’on écoute nos politiques ou ce qui se passe sur les réseaux sociaux, nous sommes obligés de constater qu’un amalgame fâcheux condamne nos professions sans discernement.
Simplement par la méconnaissance de leur fonctionnement et de leurs acteurs.

COVID 19, salons et évènementiel : Mise au point.


1 – Vocabulaire :
Démarquons nous de « l’évènementiel ».

COVID 19, salons et évènementiel :
Tout d’abord, désignons le premier coupable :
La terminologie dévoyée de « l’événementiel » dans l’usage commun.
Il n’y a pas de définition Wikipedia et celle des dictionnaires est encore plus généraliste :
« Qui a rapport à un événement »
Si on va un peu plus loin dans les recherches Google, on approche d’une réalité qui nous dessert totalement : Cela désigne tout type d’événement que ce soit un mariage, un anniversaire, un rassemblement, organisé ou non, de personnes. C’est cela que retient le non professionnel.

Notre premier but sera donc de cesser d’utiliser le mot « évènementiel » qui mélange tout et n’importe quoi, de la fête d’anniversaire au salons professionnels, en passant par les matchs de foot ou meetings politiques.
Appelons les choses par leur nom et pour ce qui nous concerne disons : « salons », « congrès », « conférences », « conventions » etc.
Même le mot évènement professionnel, s’il est plus descriptif, reste assez vague, sur le lien entre les deux mots.
Ce simple correctif dans notre terminologie nous permettra d’échapper aux fâcheux amalgames qui ont conduit à réduire notre activité à zéro.
En effet, ceux qui nous gouvernent n’ont pas fait la différence et du coup ont jeté le bébé avec l’eau du bain.

Conclusion 1 : Démarquons nous de la terminologie de « l’évènementiel » pour éclairer nos métiers.

2 – Définissons nous

COVID 19, salons et évènementiel :

Nous sommes des organisateurs professionnels de salons, congrès, conférences et conventions.
A ce titre, une de nos premières obligations est la sécurité des personnes que nous avons appris et que nous appliquons avec rigueur et professionnalisme, encadrés par :

  • Une loi : Le règlement des ERP (Établissements Recevant du Public) un gros volume de plus de 500 pages,
  • Un encadrement, fait par des chargés de sécurité vérifiant en amont l’application stricte des règles ERP,
  • Un dispositif de contrôle en amont et sur site, par la Préfecture, sous forme de commission de sécurité qui a tout pouvoir d’ouverture ou de fermeture à tout instant en cas de non respect d’une seule des prescriptions de la loi

L’étude d’un plan de salon, un an avant son ouverture, puis dans tout son processus est sous contrôle permanent des règlementations de sécurité. Le dispositif est encore renforcé dès l’ouverture au public.
C’est dire si la sécurité des personnes est notre métier, depuis toujours et bien avant le COVID 19 !
Enseignant depuis 18 ans en université et dans les grandes écoles en Marketing événementiel et digital, j’enseigne la création, la production et la participation aux salons et de congrès aux futurs professionnels.
A ce titre les études de circulatique, de flux, de plans et des ERP est un chapitre entier, un pré requis fondamental.
Ce n’est évidemment pas le cas pour tout type d’évènementiel privé ou festif.

Conclusion 2 : Nous sommes organisateurs professionnels de salons et congrès.
Faites nous confiance, nous sommes des professionnels et notamment des professionnels de la sécurité.

3 – Conséquences graves de décisions irréfléchies

COVID 19, salons et évènementiel :

La situation actuelle a compromis nos salons et congrès depuis le printemps et nous n’avons pas ou peu de visibilité sur l’avenir quant à la date de reprise possible.
De facto, notre activité est à l’arrêt total.
Les représentants des professions de la restauration se disent les plus impactés, ce n’est pas tout à fait le cas, ils peuvent encore exercer de manière encadrée et réduite.

Ce que nous devons obtenir, c’est la reconnaissance de notre professionnalisme et de démontrer, comme je viens de le faire, que les populations fréquentant les salons sont bien plus protégés chez nous, encadrés dans des dispositifs stricts, que dans le métro ou les centres commerciaux.

La situation est donc aberrante et notre condamnation à mort est faite sans aucun discernement , car notre situation est mal comprise, notre voix insuffisante, car notre poids économique est méconnu, comme nous le verrons ci après

Conclusion 3 : Notre condamnation est aberrante, expliquons notre métier, portons notre message à ceux qui gouvernent.

4 – Poids économique global des salons et congrès

COVID 19, salons et évènementiel

Une analyse manquant de perspective nous donne un poids insuffisant. En effet, si l’on compare le poids économique de « l’évènementiel » par rapport au tourisme, à l’hôtellerie – restauration, aux cafés et clubs, elle est apparemment inférieure.

C’est oublier un point essentiel :

Chacun de nos salons est non seulement la vitrine, mais surtout la « market place », le point de vente de chacune des professions représentées.
Prenons l’exemple des salons nautiques : La Rochelle, Cannes et Paris sont annulés.

Ce sont quasiment les seuls lieux où les constructeurs font leur chiffre d’affaires :
Le salon assure le meilleur retour sur investissement de tous les outils marketings.
C’est donc toute la filière nautique qui est condamnée à mort.
Il en est de même avec toutes les professions (80%) où le digital ne peut remplacer le présentiel.

Il faut donc comprendre qu’en dehors de la filière salons, organisateurs et prestataires, c’est tout un pan de l’économie du pays, tous secteurs confondus, qui menace de disparaître. Ceux la même, dont les salons était le seul point de vente annuel.

Quand on montre du doigt ce dramatique enchaînement, il faudrait que l’on regarde la maison qui brûle, non pas le doigt qui le montre !
Rappelons que les salons professionnels sont le premier média en terme de retour sur investissement

Conclusion 4 : Faisons savoir que notre mort serait la mort de la plupart des secteurs de notre économie nationale, privés de leur principal « point de vente ».

Il faut saisir d’urgence ceux qui nous gouvernent et peut être d’abord notre Ministre de l’économie, par ailleurs excellent mais ici manquant de visibilité sur le désastre à venir sur toute l’économie d’un pays par le petit côté de la lorgnette : les salons et congrès professionnels.

COVID 19, salons et évènementiel : Uu débat vital.

 

 

 

 

Article précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer