High-Tech / Lifestyle, Humeurs

Obsolescence programmée, un scandale normalisé

Obsolescence programmée

Obsolescence programmée, le paradigme infernal.
Un scandale normalisé.
Pas content

Mon humeur aujourd’hui :
Pas terrible.
Même un peu fâché !

Nos ordinateurs nous avaient déjà habitués à ce destin funeste pour nos équipements : rendre nos machines incapables d’évoluer en fonction des nouvelles versions des logiciels qu’elle utilise.
L’obsolescence programmée, le paradigme infernal,  un scandale normalisé.

On s’y était presque habitués.
Les nouveaux logiciels ou leurs évolutions prennent de plus en plus de place sur nos machines, jusqu’à dépasser leur capacité de mémoire.
On se fait une raison, en vertu des sacro saintes évolutions qui sont censées nous servir, mais qui, en réalité, nous font repasser par la case achat tous les 5 ans.

Et si ce n’est pas la mémoire qui flanche (on le savait déjà pour nous-mêmes), ce sera le système d’exploitation qui ne sera plus compatible avec tel ou tel nouvel upgrade de votre logiciel ou application favorite.
Alors on se résigne ?
Certes, nous n’avons pas le choix, sauf si …

Mais avant de vous parler de ce qui me fâche vraiment et je ne suis pas le seul, je vous refais le topo de l’obsolescence programmée en quelques lignes.

Il était une fois …

 A une époque, celle des nos pères, voire de nos grands-pères selon notre âge, les machines étaient faites pour durer, sans limite de temps.
Vêtements, mécanique, électronique, automobile, le faire valoir d’une marque était de vanter sa longévité.
Le « bas nylon » quand il fut créé fut un trait de génie immédiatement détruit pas les fabricants car il signait leur arrêt de mort en raison de son indestructibilité.

La longévité des automobiles réveille en moi une certaine nostalgie, me rappelant mes séjours à La Havane, en regardant les belles voitures américaines des années 50 aux couleurs glossy, glisser le long du Malecon.
La Chevrolet Bel Air 54 en fut l’archétype.
Tout comme la machine à coudre de ma grand-mère qui ne demande qu’à reprendre du service …. Alors que nous jetons sans vergogne les vêtements qu’elle prenait autrefois tant de temps à repriser avec amour.

Obsolescence programmée

Vint l’époque ensuite où, sournoisement, sans rien dire à personne les marques ont commencé à mettre dans les machines électrodomestiques des pièces à la fragilité rédemptrice pour leur économie. `

Laves linges, réfrigérateurs, téléviseurs avaient ainsi dans leur sein la pièce fatale qui allait décider de leur durée de vie !

Fort heureusement à cette époque les secrets industriels étaient bien gardés, surtout ceux de fixer, en construisant un produit, la date de sa mort en insérant le maillon faible fatal.
Ni réseaux sociaux ni aucun moyen de dénoncer à grande échelle cette infamante disposition.
Puis, il est devenu normal d’accepter qu’un de vos auxiliaires ménager dépasse 10 ans.
Ça tombe bien, plus de 10 ans, plus d’obligation de disposer de pièces détachées, donc on jette.
Admettons qu’il faut aussi accepter le progrès et donc de renouveler votre environnement mécanique et électronique pour un modèle, dont les nouvelles performances vous paraîtront indispensables.


Allez, on se met un Boris Vian pour illustrer ça, je vous offre une pause avec
« La complainte du progrès ».


Aujourd’hui, chez APPLE on vous regardera comme un dinosaure si votre Mac a plus de 5 ans. Au bout de 10, peut-être vous proposera-t-on de l’offrir au musée APPLE ?

La moutarde commence à me monter au nez.

Pour ne pas passer plus que de raisonnable pour un vieux con rétrograde, je vais mettre sous cloche mes propos précédents et accepter le progrès raisonnable que nous impose notre génération.
Mon IPad d’il y a 5 ans ne veut plus des dernières applications qui viennent de sortir.
Je vais à l’APPLE STORE de Saint Germain des Prés et je me sens presque petit dans ce grand hall dont le luxe est abondamment financé par cette foule germatopratine empressée.
Et presque honteux de mon propos de chercher une solution à mon désarroi numérique.

Vous l’aurez deviné : La solution c’est poubelle ….
Ah, flûte, j’ai oublié de demander : la jaune, la verte ?
Oubien y a-t-il une couleur dédiée pour ce type de situation ?
Le jaune m’irait assez bien compte tenu de la situation dans laquelle me plonge cet évènement fort contrariant.
Mais au diable l’avarice, me voilà donc finalement l’heureux propriétaire, avec un bail sans doute très court, d’un nouvel IPad !

J’ai atteint le sommet !

Ce qui est formidable avec la tablette c’est qu’en plus de tous les services et applications qu’elle propose, elle me sert de télécommande pour pas mal de choses constituant mon bonheur numérique à la maison.
Allumer, éteindre, écouter de la musique, voir un film, commander un truc inutile sur Amazon et surtout … commander les enceintes connectées SONOS, que mon statut social élevé m’a permis d’installer dans le salon sur ma chaine hifi, dans le bureau, la salle à manger et la cuisine pour vous préparer un ragoût de sanglier Corse.
Dans la chambre pour s’endormir avec la Walkyrie et se réveiller avec Daft Punk, dans la salle de bains, le jardin, que sais-je moi de votre patrimoine immobilier ?

Obsolescence programmée date de péremption

Donc j’en reviens à mon IPad du paragraphe précédent, il n’était, entre autres, plus compatible avec SONOS. Trop vieux (et pourtant 5 ans …)
Dommage car la télécommande dite « Controller » SONOS était aussi en panne, n’était plus fabriquée et bien entendu plus réparable, car le logiciel qui la pilote avait évolué plus vite que le produit.
Finalement le SONOS finit par me coûter plus cher en télécommandes qu’en haut-parleur.
Ah, oui je vous précise si vous n’êtes pas « SONOS User » ou pire, comme moi « SONOS Addict », vous ne pouvez pas faire fonctionner ces merveilles sans un IPad, un IPhone ou autre tablette ou smartphone.
Pire encore, pour un problème de licences ou de concurrence avec APPLE, elle a coupé le lien avec votre IPhone.
Il vous faudra donc un bon vieux câble pour écouter le contenu de votre musique stockée dans votre I Phone.
Pour le moins rétro non la tech d’avant garde ?

Ah non, le sommet c’est maintenant !

Plus exactement il y a 3 mois.
En tant qu’heureux  et riche propriétaire de SONOS, mon compte me permet de recevoir les informations de la marque New Yorkaise en temps réel par mail.
C’est chic comme une boutique sur la 5e Avenue.

Obsolescence programmée SONOS MAIL

Mais plus chic encore ce mail à tous les utilisateurs, les informant que tous les produits antérieurs à 2011 n’allaient plus bénéficier de mises à jour en mai prochain.
Mieux encore, les produits même à jour ne fonctionneraient plus non plus si on les excluait pas du système.
De ce fait, deux solutions s’offraient à vous, misérable pêcheur : sortir ces éléments du système pour qu’il continue à fonctionner, ou acheter de nouveaux produits.
Et vous n’allez pas me croire, le bon de commande était joint au mail !
La taille de la ficelle marketing a des allures d’amarres du paquebot France au  port de New-York !
Pour certains utilisateurs, cela voulait dire remplacer autant de produits à un prix unitaire moyen de 450 euros… (La one un peu plus de 200, la playbar 800€)

C’était sans compter sur la vigilance de notre communauté de journalistes du landerneau high-tech, ni sur la rapidité et la violence des mots de tous les utilisateurs SONOS « around the world » …
Voyez ici

Donc le lendemain soir, décalage côte Est oblige, mail du Président Patrick SPENCE him self (ci-dessous) à toute la communauté les SONOS Users, pour s’excuser, dire ….
qu’il s’était mal exprimé, bref un rétro-pédalage digne de notre gouvernement Gaulois.

Morale de cette histoire, les intérêts conjugués des industriels et des éditeurs de logiciels et applications, ont mis au point une nouvelle stratégie de « cobranding » assassin que vous n’avez pas eu dans vos livres de marketing, mais qui doivent vous inciter à la vigilance.

Keep informed !

J’espère que mon prochain billet d’humeur sera un billet de bonne humeur

Tchüss !

Mail de Patrick Spence :

Nous vous avons écouté. Nous n’avions initialement pas présenté la nouvelle clairement. Je vous présente toutes mes excuses pour cette bévue. J’ai donc tenu aujourd’hui à vous présenter personnellement ce qui va se passer :

en premier lieu, soyez rassuré, car à compter du mois de mai, lorsque nous cesserons les nouvelles mises à jour logicielles pour nos produits les plus anciens, ces derniers continueront de fonctionner comme ils le font actuellement. Nous n’allons pas les bloquer, nous ne les forçons pas à devenir obsolètes, et nous n’y retirerons rien. Vous êtes nombreux à avoir investi de manière importante dans vos systèmes Sonos, et nous entendons honorer cet investissement aussi longtemps que possible. Même si les produits Sonos les plus anciens cesseront de recevoir les nouvelles mises à jour logicielles, nous nous engageons à les maintenir à jour aussi longtemps que possible par des correctifs de bogues et des patchs de sécurité. Si nous rencontrons un problème avec un élément essentiel à l’expérience d’écoute qui ne peut pas être corrigé, nous nous efforcerons de trouver une solution alternative et nous vous tiendrons informés de tout changement potentiel que vous pourriez rencontrer lors de votre expérience d’écoute.

Par ailleurs, nous avons entendu vos doléances quant au fait que les produits les plus anciens ne peuvent pas cohabiter avec les produits de dernière génération au sein d’un même système. Nous travaillons actuellement à un moyen de séparer votre système afin que les produits récents puissent fonctionner ensemble et recevoir les dernières fonctionnalités, tandis que les produits les plus anciens pourront fonctionner ensemble tout en restant dans leur état actuel. Nous finalisons en ce moment les détails de ce projet et nous vous tiendrons informés au cours des prochaines semaines.

Bien que nous ayons de nombreux produits et fonctionnalités en cours de création, nous souhaitons que nos clients mettent à niveau leur matériel vers nos produits de dernière génération lorsqu’ils en ont envie, parce que les nouveaux produits les séduisent, et non parce qu’ils se sentent obligés de le faire. Ceci représente l’objectif principal du programme Trade Up que nous avons lancé pour nos clients fidèles.

Nous vous remercions d’être un client Sonos. Merci d’avoir pris le temps de nous faire part de vos commentaires. J’espère que vous nous pardonnerez notre faux pas, et que nous regagnerons votre confiance. Sans vous, Sonos n’existerait pas et nous travaillerons plus dur que jamais pour gagner votre fidélité jour après jour.

Si jamais vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous contacter.

Cordialement,
PatrickPatrick Spence
PDG de Sonos

 

 

 

 

 

 

 

Article précédentProchain article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer